Un FMS, pour quoi faire ?

Tout relevé aéroporté, qu'il soit en Lidar ou en géophysique, nécessite le suivi à la fois du terrain (pour garder une hauteur de vol constante par rapport au terrain) et d'un cap spécifique à l'intérieur d'un certain volume (en latéral XY et en altimétrie Z).

Ce suivi, le plus rigoureux possible à la fois dans la planification du vol et bien entendu dans la tenue des paramètres de vol, est un élément fondamental pour la qualité des données livrées.

Chez INFOGEO, nous avons couplé une centrale inertielle reliée à deux antennes GNSS à un contrôleur de vol (sorte d'ordinateur durci) sur lequel est installé un FMS (Flight Management System), permettant ainsi une navigation précise et fiable.

Plus précisément, la vidéo en accélérée d'un récent vol effectué dans la région de Saint Benoît sur Loire montre notre capacité à tenir les paramètres de vol couramment admis dans l'industrie des survey aéroportés : plus ou moins 20 m en latéral (donc XY) et plus ou moins 30 pieds (soit 10 m approximativement) en altimétrie (Z).

Petite explication de ce que vous voyez à l'écran :

- le bandeau horizontal, au-dessus de la fenêtre où apparait l'avion, marque les limites des 20 m de part et d'autre de l'axe de vol

- le bandeau vertical, sur la droite, avec le curseur magenta, indique la hauteur de vol à à maintenir (en pieds) : ce curseur varie bien entendu en fonction de la hauteur réelle de l'avion par rapport au sol.

En résumé, pour garantir une bonne acquisition des données Lidar et géophysiques (magnétique et spectro-gamma), INFOGEO utilise un FMS de dernière génération et développe ses algorithmes de contrôle qualité de la trajectoire : CQFD en images !